On me pose souvent des questions et je déteste écrire. Mais je vais tout de même tenter de coucher sur le papier (virtuel) le pourquoi du comment de mes choix.

Photo de presse Francis JUrdan

Photo de presse Francis JUrdan

Parcours photo:

  1.  Je fait de la photo depuis l’âge de mes 10 ans avec mon père (photographe aussi). Et des 12 ans je dirigeait le labo de développement avec un prof les samedi prés de mon école primaire. Donc on peut dire que ça date!
  2. J’ai gagné ma vie en photo un bon paquet d’années ( « pros »  est un mot surfait qui ne veut rien dire de bon à mes yeux et je lui préfère « amateur »  qui viens de « celui qui aime »). Avant le numérique je m’étais fait une spécialité du « packaging », la photo de petits objets durs à retoucher et à éclairer. Je m’étais déjà bricolé des lumières à fibres optiques etc. les objets brillants, reflets, argent, or, montres, bijoux…
    Ca m’a amusé un bon moment mais la demande grandissant je me suis retrouvé un jour à louer un entrepôt de 30M par 10, à repeindre tout en blanc pour y photographier une locomotive TGV découpée… Bref là je me suis dit que j’avais fait le tour du sujet!
  3. Mon père nous ayant quitté en laissant quelques belles filles modèles sans le sous,  j’ai repris cela en main  3 ans. Mais je vous assure que les filles qui se jalousent et se lancent des piques sans cesse et tous leurs crêpages de chignons… il vaut mieux en rêver que de le vivre chaque jour.J’ai pourtant essayé, soit en utilisant 20 filles sur 3 ans, avec toujours le même décor et les mêmes accessoires et voir ce que chaque fille en ferait.

    Une grande série était les « dos nus » ou se sont mêlés des minces, grosses, blanche et de toutes couleurs, assises sur un banc en bois nue de dos. Et il est fascinant de voir comme chaque personne s’assoit différemment et comme les corps sont tous intéressants.
    Une autre série de 38 étudiantes avec un banc de salle de gym, lumière en contre jour avec comme seul accessoire une longue chemise d’homme blanche et fripée  démontre l’ingéniosité pour certaines d’arriver à ce cacher , ou de se mettre en valeur, ou encore de mettre en valeur le vêtement ou le photographe.
    Mais c’était une époque des tirages noir et blanc à la main, sur papier baryte, de au MOINS  50X70cm… rien à voir avec la pseudo HD de nos télé(phones).  Sur un vrai tirage photo on peut compter les poils d’une mouche sur un arbre!

  4. Et pour finir, l’arrivée du numérique m’a cassé. trop facile de tricher, retoucher… et la qualité des appareils numériques actuels n’arrivent pas encore  au 1 er millimètre de la cheville des vieux argentiques. D’ailleurs je n’ai encore acheté aucun appareil numérique pro tant ils sont merdiques.
    De plus le besoin qu’on les gents de tout avoir de suite n’a rien à voir avec le fait de développer amoureusement un tirage UNIQUE à la main la nuit dans sa cave ou grenier. Toute une « magie » s’est envolée. celle du souvenir de mon père, du labos Courtois a Aiwaille, de Jean-Loup Sieff et quelques autres.
    Donc à un moment, en décidant de faire un grand tournant en poursuivant une autre passion de longue date (le son) j’ai liquidé petit à petit tout ce matériel encombrant.

Et maintenant:

Chassez le naturel…

C’est quand on a plus rien à prouver que l’on peut commencer à vraiment s’amuser.

Des ami(e)s  me demande régulièrement de faire des photos techniques ou un appareil ne suffit pas, ou une certaines maîtrise du temps est obligatoire et donc j’aquièsse.  Quelques amies me répètent de temps à autre que je suis le seul en qui elles ont confiance, ou j’ai réussi à faire de chouettes photos d’elles…  OK, je m’incline même si je déteste les compliments qui sont pour moi une perte de temps précieux.

Il y a 2 grands courant dans la photo. 

J’y vois aussi une analogie que mes confrères sondier reconnaîtront avec le son de studio et le son de scène.

Le reportage,

ou tout ce qui compte c’est l’instant PRÉCIS.  Un moteur a 10 images/seconde peut aider, mais 1 millième de seconde trop tôt ou trop tard changera TOUT. Photographier deux  F16 qui se croisent dans le ciel. Un homme qui perd son mouchoir dans la rue. La main qui veut rattraper le mouchoir avant que celui-ci ne soit au sol; le tout dans un mouvement de flou.. c’est du reportage.

Le studio,

ou on prépare le cadre, la lumière, le décor, et on place dedans ces sujets. Un peut comme un peintre ou un dessinateur.

Et évidement comme pour le son, il y a un tas de choses à explorer entre les 2. Ou amener les choses d’un domaine dans l’autre. et c’est là que j’aime bien me perdre.

J’aime donc proposer des décors assez naturel mais maîtrisables. Choisir des ami(e)s comme modèles, placer un éclairage juste ce qu’il faut pour que la lumière soit bonne pour la photo. Mais sans plus.  et SURTOUT rester AMATEUR (qui pour moi viens de « celui qui AIME »!)

Le modèle choisis sa tenue ou je l’aide un peu au besoin, ses poses… installer un climat.  Je fais une salle de jeux en gros  et laisse mon modèle y jouer comme il veut. De temps à autre je suggère une pose, ou un changement. mais sans plus.  Le corps plus ou moins nu m’a toujours fasciné. Mais sûrement pas pour les même raisons que dans les films x! Pour moi c’est quand on est mis à nu, qu’on est VRAIMENT sois-même, dans une relation de totale confiance..

Je n’ai jamais refusé qu’un modèle vienne avec son époux etc. Mais dès le départ il y a un frein qui va s’installer.  Et ça se verra sur les clichés qui ne seront jamais totalement « vrais ». Et pour bien tenter de comprendre toutes les facettes. J’ai aussi déjà posé, nu devant des ami(e)s qui avaient besoin d’un modèle photo, dessin…

Je ne fait pas de la photo pour ME mettre en valeur,

mais bien pour TE découvrir, voire pour que TOI aussi tu découvre des facettes que tu ne te connaissait pas! Et là alors, le numérique qui permet de faire 600 photos sans sortir 4000€  prend un peu de sens à mes yeux.

J’espère que ce très long article permettra à certains de comprendre une part de ma démarche. De ne plus poser de question idiote, ou faire des commentaires abscons

Et pour les cuistres en fait ne lisez rien de tout ceci, ça ne peut pas vous intéresser.

Allez hop bisous j’ai encore  du vrais boulot  à faire moi 😉

P.S: JAMAIS, je n’ai su faire un boulot que je n’aimait pas. Je ne conçoit même pas que ca soit possible.

A propos de l'auteur

Articles similaires

3 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.